ECONOMIE

Addis-Abeba : Africa Business Forum 2020, projets et propos

Le 3ème Africa Business Forum (ABF) a eu lieu à Addis-Abeba sur le thème « Investir sur les personnes, pour la planète et la prospérité ». L’événement, qui vise à promouvoir un dialogue continu entre les secteurs privé et public en Afrique, a été ouvert par Vera Songwe, secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA). Ce forum vise à créer des opportunités pour le secteur privé afin de contribuer aux efforts collectifs du continent pour résoudre les problèmes actuels : les défis et les impacts du changement climatique, la durabilité et l’efficacité énergétiques, les énergies renouvelables, la santé, la fabrication de produits pharmaceutiques, les mécanismes de financement innovants, la gouvernance et les investissements responsables et le développement durable en Afrique. L’ABF est un événement annuel qui rassemble des chefs d’État, des décideurs, des industriels et des entreprises privées pour discuter du rôle du secteur privé dans le développement de l’Afrique.

Le forum a permis aux délégations et invités, dont le président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa, le Premier ministre du Mozambique, Carlos Agostinho do Rosário, des ministres et des investisseurs, dont Scott Mather, de la Pacific Investment Management Company (PIMCO), de partager des idées sur les financements innovants dans les domaines de l’énergie, de la santé et Secteurs des TIC.

Les décideurs ont discuté de la volonté de l’Afrique de saisir les énergies renouvelables en créant une bonne combinaison « technologies et jeunesse » et des opportunités nouvelles qui peuvent être libérées par la promulgation de politique et de cadres réglementaires appropriés. Sachant que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) devrait être opérationnelle en juillet 2020.

L’ors de ce forum, l’Ethiopie, le Rwanda et les Seychelles ont signé un document d’engagement visant à mettre en œuvre une initiative pharmaceutique au sein de la CEA pour la production locale et la mise en commun des achats de médicaments pour la mère et l’enfant en Afrique.

Emmerson Mnangagwa, président du Zimbabwe

Le président Emmerson Mnangagwa a rappelé que le Zimbabwe était ouvert aux investissements dans le secteur énergétique du pays.

« L’augmentation de la production d’énergie dans le pays nous permettra de mécaniser notre agriculture et, ce faisant, d’améliorer la productivité, de renforcer la sécurité alimentaire, qui est notre principale préoccupation à l’heure actuelle, et de créer des emplois », a-t-il déclaré.

Carlos Agostinho do Rosàrio, Premier ministre du Mozambique

Carlos Agostinho do Rosário a déclaré que le Mozambique était également prêt à accueillir les investisseurs dans le secteur de l’énergie.

« Le Mozambique, comme le reste de l’Afrique, possède de vastes ressources naturelles qui attendent à être exploitées. Nous avons une société pétrolière et gazière et nous accueillerons volontiers les investisseurs désireux de travailler avec nous pour le bien de notre peuple », a-t-il confirmé.

Vera Songwe, secrétaire exécutive de la CEA

S’exprimant lors de la séance d’ouverture, la secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, a déclaré : « L’une des raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas faire taire les armes en Afrique est qu’il n’y a pas d’emplois pour les jeunes. Il n’y a pas d’énergie pour alimenter la création d’emplois. Nous pouvons faire taire les armes si les bons investissements sont faits dans les secteurs de l’énergie et des TIC, y compris le renforcement de nos systèmes de santé, en partenariat avec le secteur privé. Si nous ne pouvons pas garantir que l’Afrique dispose de l’énergie dont elle a besoin, alors 2030 est vraiment un rêve lointain. Nous devons faire plus et nous devons le faire plus rapidement ».

Elle a déclaré que l’Afrique devrait investir maintenant dans les énergies propres.

« Une action climatique ambitieuse peut stimuler l’économie mondiale d’ici 2030. Si nous entrons dans la nouvelle économie climatique, nous pouvons créer 20 millions d’emplois pour le continent. Actuellement, nous avons besoin de 13 millions d’emplois chaque année », a conclu Vera Songwe dans son discours.

Scott Mather, directeur des investissements de PIMCO

Pour sa part, Scott Mather, de la PIMCO qui gère 2.000 milliards de dollars d’actifs dans le monde pour des investisseurs privés, a déclaré que sa société était prête à travailler avec les gouvernements africains pour s’assurer qu’ils exploitent une énergie propre pour propulser le développement inclusif du continent et lutter contre le climat.

« L’Afrique présente une opportunité commerciale historique pour les investisseurs internationaux. Une initiative audacieuse est nécessaire pour relever les défis énergétiques de l’Afrique. Nous pouvons travailler ensemble pour trouver des moyens concrets avec les partenaires que nous représentons pour faire avancer la vision du développement durable de l’Afrique », a déclaré Scott Mather. Il a ajouté qu’une croissance équitable sur le continent peut être alimentée par une énergie propre et fiable, et une énergie abordable.

« Nous avons besoin des gouvernements et des décideurs, en particulier au niveau national, pour créer des politiques permettant aux capitaux de circuler », a conclu Scott Mather.

0 comments on “Addis-Abeba : Africa Business Forum 2020, projets et propos

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :