ECONOMIE

Tourisme : les fondations de la compétitivité

L’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) révèle une accélération soutenue de la performance du Tourisme mondial en 2018. Le secteur a en effet enregistré un nombre record d’arrivées de touristes internationaux à 1,4 milliard dans le monde, un chiffre prévu pour 2020. En sept ans, la croissance du tourisme s’est maintenu à 4%, supérieure à celle des exportations de marchandises à 3%. De ce fait, l’OMT prévoit 1,8 milliard de touristes qui voyageront chaque année d’ici 2030. C’est un énorme potentiel pour les pays à vocation touristique, d’autant que les voyages à travers le monde se sont démocratisés en 10 ans. Les économies émergentes ont beaucoup contribué à cette tendance mondiale, comme l’Afrique du Sud, l’Ethiopie et l’île Maurice en Afrique subsaharienne, ou l’Estonie et la Serbie en Europe de l’Est. Demeurent les pays qui font des records comme la France et l’Espagne avec respectivement 89 millions (+0;03%) et 82,6 millions (+0,9%) de touristes en 2018.

Le secteur du tourisme et du voyage pèse 10,4% du PIB mondial en 2018, et suivant la tendance actuelle, cette part pourrait atteindre les 50% en 2030. Sans aucun secret, ces pays champions du tourisme mondial possèdent toutes les conditions expliquant leur compétitivité, basées par ordre d’importance sur quatre points fondateurs : environnement économique favorable, politique touristique, infrastructures, ressources naturelles et culturelles.

Chacune de ces conditions possède des secteurs piliers identifiés par le Forum Economique Mondial (World Economic Forum) qui a également publié un classement suivant ses indices sur la Compétitivité dans le Tourisme et le Voyage.

Environnement économique favorable

L’indice de l’environnement économique favorable reprend des conditions générales nécessaires pour opérer dans un pays et comprend cinq piliers :

  1. Environnement commercial (12 indicateurs) : ce pilier indique dans quelle mesure un pays a mis en place un environnement politique propice aux entreprises. Les recherches ont révélé des liens significatifs entre la croissance économique et des aspects tels que le degré de protection des droits de propriété et l’efficacité du cadre juridique. De même, les distorsions en matière de fiscalité et de politique de la concurrence – y compris la concurrence nationale et internationale, mesurées en termes de facilitation de l’investissement direct étranger (IDE) – ont une incidence sur l’efficacité et la productivité d’un pays. Ces facteurs sont importants pour tous les secteurs, y compris pour le tourisme et le voyage. En outre, le coût et le temps ainsi que les conditions nécessaires au traitement des permis de construire sont particulièrement pris en compte, ce qui est particulièrement important pour le développement du tourisme et du voyage.
  2. Sûreté et sécurité (5 indicateurs) : La sécurité et la sûreté sont des facteurs déterminants pour la compétitivité de l’industrie du tourisme et du voyage d’un pays. Les touristes seront probablement dissuadés de se rendre dans des pays ou régions dangereux, ce qui rendra moins attrayant le développement du secteur du tourisme et du voyage dans ces régions. Il est ici pris en compte l’impact de la criminalité et de la violence courantes ainsi que du terrorisme, et la mesure dans laquelle le pays peut compter sur les services de police pour assurer une protection contre le crime.
  3. Santé et hygiène (6 indicateurs) : La santé et l’hygiène sont également essentielles à la compétitivité du tourisme et du voyage. L’accès à l’eau potable et aux installations sanitaires améliorées est important pour le confort et la santé des voyageurs. En cas de maladie des touristes, le secteur de la santé du pays doit être en mesure de s’assurer qu’ils soient bien soignés, comme le montre la disponibilité des médecins et des lits d’hôpital. En outre, la prévalence élevée du VIH et du paludisme peut avoir une incidence sur la qualité des ressources humaines et décourager les touristes de se rendre dans un pays.
  4. Ressources humaines et marché du travail (9 indicateurs) : Les ressources humaines de haute qualité dans une économie garantissent que l’industrie a accès aux collaborateurs dont elle a besoin. Les composantes de ce pilier révèlent dans quelle mesure les pays développent leurs compétences par le biais de l’éducation et de la formation, et renforcent la meilleure allocation possible de ces compétences grâce à un marché du travail efficace. Le premier inclut le taux de scolarisation formelle et la participation du secteur privé à la mise à niveau des ressources humaines, tels que les investissements des entreprises dans les services de formations et les services à la clientèle. Ce dernier comprend des mesures de flexibilité, d’efficacité et d’ouverture du marché du travail, ainsi que de la participation des femmes, afin d’évaluer la richesse des sources de talents du pays et sa capacité à utiliser au mieux les ressources humaines.
  5. État de préparation aux TIC (8 indicateurs) : Les services en ligne et les opérations commerciales revêtent une importance croissante pour le tourisme et le voyage, Internet étant largement utilisé pour la planification des itinéraires et la réservation de voyages et de logements. Cependant, les TIC sont maintenant tellement omniprésentes et importantes pour tous les secteurs qu’elles conditionnent fortement l’environnement général favorable. Les composantes de ce pilier mesurent non seulement l’existence d’infrastructures durables et modernes (couverture du réseau mobile et qualité de l’approvisionnement en électricité), mais aussi la capacité des entreprises et des particuliers à utiliser et à fournir des services en ligne.

Politique du tourisme et du voyage

L’indice « Politique du tourisme et du voyage : conditions favorables » évoque des politiques spécifiques ou des aspects stratégiques qui ont un impact plus direct sur le secteur du tourisme et du voyage, et comprend 4 piliers :

  1. Hiérarchisation des voyages et du tourisme (6 indicateurs) : La mesure dans laquelle un gouvernement accorde la priorité au secteur du tourisme et du voyage a un impact important sur la compétitivité de ce secteur. En précisant que le secteur est une priorité majeure, le gouvernement peut affecter des fonds à des projets de développement essentiels et coordonner les acteurs et les ressources nécessaires au développement du secteur. Signaler la stabilité de la politique gouvernementale peut affecter la capacité du secteur à attirer de nouveaux investissements privés. Le gouvernement peut également jouer un rôle important en attirant directement les touristes par le biais de campagnes de marketing nationales. Ce pilier prend en compte les mesures des dépenses gouvernementales, l’efficacité des campagnes de marketing et la stratégie de marque des pays, ainsi que la rapidité avec laquelle les données sur le tourisme et le voyage sont fournies aux organisations internationales. Ces données indiquent l’importance qu’un pays attribue à son secteur du tourisme et du voyage.
  2. Ouverture internationale (3 indicateurs) : Le développement du secteur du tourisme et du voyage sur le plan international nécessite un certain degré d’ouverture et de facilitation des voyages. Des politiques restrictives telles que des exigences de visa fastidieuses réduisent la volonté des touristes à se rendre dans un pays et, indirectement, réduisent la disponibilité de services essentiels. Les composantes mesurées dans ce pilier incluent l’ouverture des accords bilatéraux sur les services aériens conclus par le gouvernement, ce qui a une incidence sur la disponibilité des liaisons aériennes avec le pays, ainsi que le nombre d’accords commerciaux régionaux en vigueur, ce qui indique dans quelle mesure il est possible de fournir des services touristiques d’un standard international.
  3. Compétitivité des prix (4 indicateurs) : La réduction des coûts liés aux voyages dans un pays accroît son attractivité pour de nombreux voyageurs ainsi que pour les investissements dans le secteur du tourisme et du voyage. Parmi les aspects de la compétitivité des prix pris en compte dans ce pilier figurent : les taxes sur les billets d’avion et les redevances d’aéroports, qui peuvent rendre les billets d’avion beaucoup plus chers ; le coût relatif de l’hébergement à l’hôtel ; le coût de la vie représenté par l’indice de pouvoir d’achat ; et les coûts du carburant qui influencent directement le coût du voyage.
  4. Durabilité de l’environnement (10 indicateurs) : on ne saurait trop insister sur l’importance de l’environnement naturel pour offrir une destination touristique attrayante. Par conséquent, les politiques et les facteurs renforçant la durabilité de l’environnement constituent un avantage concurrentiel important pour assurer l’attractivité future d’un pays. Ce pilier comprend des indicateurs politiques tels que la rigueur et l’application des réglementations environnementales du gouvernement et des variables évaluant l’état de l’eau, des ressources forestières et de la vie marine, en fonction de l’état des stocks de poisson. Compte tenu des impacts environnementaux du tourisme lui-même, nous prenons également en compte le degré de développement durable de l’industrie du tourisme.

Tourisme et infrastructure

L’indice Infrastructure reflète la disponibilité et la qualité de l’infrastructure physique de chaque économie et comprend 3 piliers :

  1. Infrastructures de transport aérien (6 indicateurs) : La connectivité aérienne est essentielle pour faciliter l’accès des voyageurs à destination et en provenance des pays, ainsi que pour leur circulation dans de nombreux pays. Dans ce pilier, on mesure les flux aériens à l’aide d’indicateurs tels que le nombre de sièges-kilomètres disponibles, le nombre de départs, la capacité et la performance des aéroports et le nombre de compagnies aériennes en exploitation, ainsi que la qualité des infrastructures de transport aérien pour les vols domestiques et internationaux.
  2. Infrastructures terrestres et portuaires (7 indicateurs) : La disponibilité de moyens de transport efficaces et accessibles pour se rendre dans les principaux centres d’affaires et les principales attractions touristiques est vitale pour le secteur du tourisme et du voyage. Cela nécessite un réseau routier et ferroviaire suffisamment étendu, représenté par la densité des routes et des voies ferrées, ainsi que des infrastructures routières, ferroviaires et portuaires conformes aux normes internationales en matière de confort, de sécurité et d’efficacité. Ce pilier représente également les routes non asphaltées, ce qui permet des connexions locales et peut, dans une certaine mesure, simuler l’existence de routes pittoresques, qui peuvent, dans des contextes très spécifiques, attirer des touristes.
  3. Infrastructure de services touristiques (4 indicateurs) : La disponibilité d’hébergements, de centres de villégiature et de lieux de divertissement de qualité suffisante peut représenter un avantage concurrentiel important pour un pays. On mesure le niveau d’infrastructure de services touristiques à travers le nombre de chambres d’hôtel, complété par l’étendue de l’accès aux services tels que la location de voitures et les guichets automatiques.

Ressources naturelles et culturelles

L’indice Ressources naturelles et culturelles reprend les principales «raisons de voyager» et comprend deux piliers:

  1. Ressources naturelles (5 indicateurs) : Les pays dotés d’atouts naturels ont clairement un avantage concurrentiel pour attirer les touristes. Ce pilier comprend un certain nombre de mesures d’attractivité, notamment le nombre de sites classés au patrimoine mondial naturel de l’UNESCO, une mesure de la qualité de l’environnement naturel qui reflète la beauté de son paysage, la richesse de la faune du pays mesurée par le nombre total d’espèces d’animaux connus et le pourcentage d’aires protégées au niveau national, ce qui représente l’étendue des parcs nationaux et des réserves naturelles.
  2. Ressources culturelles et voyages d’affaires (5 indicateurs) : Les ressources culturelles d’un pays sont un autre moteur essentiel de compétitivité. Dans ce pilier, on inclut le nombre de sites culturels du patrimoine mondial de l’UNESCO, le nombre de grands stades pouvant accueillir d’importants événements sportifs ou de divertissement, ainsi qu’une nouvelle mesure de la demande numérique en matière de culture et de divertissement – le nombre de recherches en ligne sur les sites culturels d’un pays. Les ressources peuvent permettre de déduire le niveau d’intérêt. Le nombre de réunions d’associations internationales se tenant dans un pays est inclus pour capturer, au moins partiellement, les voyages d’affaires.

1 comment on “Tourisme : les fondations de la compétitivité

  1. Ping : Jet privé : TCS World Travel à Nosy-Be à partir de 2021 – Journal de l'économie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :