BUSINESS

Afrique – Symbion Power : « Protégez les investisseurs privés », par Zelda Weitz.

Dans un entretien publié par ESI Africa, Zelda Weitz, directeur d’exploitation du groupe américain Symbion Power LLC, producteur d’électricité indépendant en Afrique, a expliqué que le groupe sera présent aux conférences African Utility Week et Powergen Africa qui se dérouleront au Cap, en Afrique du Sud du 14 au 16 mai. L’entretien a permis à Zelda Weitz de transmettre un message aux gouvernements africains après les multiples expériences de Symbion dans quelques pays d’Afrique et à Madagascar : « Protégez les investisseurs privés ».

Zelda Weitz, directeur d’exploitation de Symbion Power.

« Symbion a été créé en 2005. Nous nous sommes toujours attachés à être des pionniers sur des marchés difficiles. Nous avons commencé à construire des lignes de transmission et des sous-stations en Irak au plus fort de l’insurrection. Nous avons accompli des projets là où personne n’aurait voulu se risquer. Nous avons également travaillé pour la compagnie EPC en Afghanistan. En 2009, nous avons décidé de nous concentrer sur l’Afrique. Depuis, nous avons modifié notre objectif de passer de la construction d’infrastructures électriques au développement de réseaux existants.

Symbion est l’un des principaux investisseurs américains dans le secteur de l’énergie en Afrique. Un développeur d’infrastructures électriques spécialisé dans l’investissement, la construction et l’exploitation de systèmes électriques clés en main, comprenant des lignes de transport à haute tension et des réseaux de distribution, des stations de triage, des centrales électriques et des sous-stations. Symbion était l’un des entrepreneurs les plus prospères du gouvernement américain et, depuis 2010, il est devenu l’un des principaux investisseurs dans les projets énergétiques indépendants en Afrique ».

ESI Africa : Quels sont les projets à ce jour dont vous êtes le plus fier ?

Zelda Weitz : « Nous avons livré la centrale électrique d’Ughelli au Nigeria, située dans le Delta. C’était lors de la privatisation du producteur nigérian d’électricité GENCO. Nous avons travaillé en consortium avec Tony Elumelu de la banque UBA et d’autres acteurs privés. Ce fut plusieurs mois de travail très dur à Lagos et à Abuja. Symbion était un partenaire technique et un investisseur de la société nigériane Transcorp Ughelli Power Limited (TUPL), qui a acquis la centrale électrique au gaz de 972 MW dénommée Ughelli située à Warri, dans l’État du Delta, au Nigéria. Le personnel de Symbion a entrepris l’évaluation technique initiale de l’actif afin de déterminer la valeur, le coût d’acquisition, la remise à neuf et les coûts opérationnels. Symbion a préparé l’offre retenue pour l’usine en collaboration avec d’autres membres du consortium. Nous nous sommes désinvestis en 2015, et c’était un projet extraordinaire sur lequel travailler.

La centrale électrique de Symbion Power à Antananarivo, Madagascar.

En 2015, nous avons remporté un projet dans une friche industrielle à Antananarivo, à Madagascar. Nous avons rénové la centrale Wartsila de 40 MW qui fonctionnait à environ 2 MW lorsque nous l’avons prise en charge. Nous avions 10 MW en service en moins d’un an et nous avons réussi à effectuer une refonte qui nous a permis de faire fonctionner les 40 MW avec succès depuis 2017. C’était un projet très difficile, car nous avions beaucoup d’oppositions dans le pays pour plusieurs raisons, certaines liées à la peur des investissements étrangers. Les producteurs d’électricité d’appoint ne nous ont pas appréciés là-bas, car nous risquions de leur faire concurrence et, malgré le coût élevé en énergie, nous avons été en mesure de fournir l’énergie la moins chère à Antananarivo à partir d’une centrale thermique. Mon séjour de trois mois a finalement duré 16 mois, mais nous avons réussi à faire face à toutes les attentes. C’était une combinaison de marketing, de relations publiques, de compétences techniques et de longues heures de négociations. Nous avions une très petite équipe et, aujourd’hui, nous employons 60 personnes et la centrale est en parfait état ».

Parlez-nous des implantations où Symbion est actuellement actif ?

Nous venons de vendre nos projets sur le lac Kivu, au Rwanda, à notre investisseur financier, mais nous souhaitons tout de même faire d’autres projets au Rwanda. Nous sommes présents à Madagascar, au Kenya, au Zimbabwe et en Tanzanie, mais nous examinons d’autres opportunités en Afrique subsaharienne.

En 2014, Symbion a investi dans l’usine d’Ubungo de 126 MW en Tanzanie et a conclu un accord d’achat d’électricité avec Tanesco. Depuis lors, la centrale a été retirée et vous n’avez pas été payé et vous avez demandé l’arbitrage. Quel est l’état actuel de ce projet ?

Nous attendons les instructions des avocats. Symbion a tenté à plusieurs reprises de régler cette affaire à l’amiable avec le gouvernement tanzanien. Je crois qu’un jour nous y reviendrons car nous aimions travailler en Tanzanie. Il est regrettable qu’il existe une vision aussi négative de l’investissement privé en Tanzanie. Notre contrat n’a pas été honoré, ce qui représente un risque énorme pour les autres investisseurs lorsqu’ils évaluent les investissements dans des projets du secteur privé. Nous avons maintenant donné au gouvernement un dernier délai et une demande de discussion à l’amiable et de résolution du problème. C’est très désagréable et inutile étant donné que nous fournissions une des puissances les moins chères de Tanzanie.

Compte tenu de votre expérience dans l’investissement dans des projets énergétiques sur le continent, quel est votre message aux investisseurs potentiels ?

De bons partenaires locaux sont essentiels à la conduite des affaires. Ils connaissent le pays, ses subtilités et il est important d’avoir de l’intuition lorsque vous envisagez d’investir. La patience et l’adaptabilité sont essentielles. Tous les pays ne sont pas identiques, alors ne pensez pas que ce qui fonctionne au Rwanda fonctionnera au Kenya. Essayez de comprendre votre marché, soyez présent, rendez-vous régulièrement et concentrez-vous sur le renforcement des capacités pour la planification du projet.

Des projets d’avenir passionnants que vous pouvez partager ?

Nous sommes impatients de commencer la construction de notre centrale géothermique à Menengai, au Kenya. Nous avons également un partenariat passionnant avec Natel Energy Inc, des États-Unis, et nous nous concentrerons sur les énergies renouvelables avec eux. Nous sommes en train d’examiner quelques projets passionnants pour le moment, mais je ne peux pas encore en discuter. C’est une période passionnante pour nous en tant qu’entreprise, étant donné que nous sommes à une taille réduite en comparaison aux groupes multinationaux. Nous avons beaucoup accompli malgré notre taille.

Vous êtes un délégué à la prochaine conférence African Utility Week et à POWERGEN Africa. Qu’attendez-vous de particulier de cet événement ?

Il est toujours bon de renouer avec d’anciens amis du secteur. De plus, vous apprenez des autres, que ce soit sur les avancées technologiques, les nouveaux projets, la législation ou simplement les expériences. L’Afrique a un tel besoin de pouvoir, je dis toujours que nous sommes en compétition dans un espace qui peut recevoir de nombreux compétiteurs. Je suis toujours à la recherche de nouveaux partenariats et collaborations afin que chaque événement offre de nouvelles opportunités et des connaissances partagées.

Vous êtes avec Symbion Power depuis 10 ans maintenant, la majorité du temps en tant que directeur d’exploitation (COO). Avez-vous une idée de la contribution que les femmes ont apportée ou apportent au secteur de l’énergie sur le continent ?

Je ris encore de temps en temps quand je participe à une réunion et ils supposent que je suis soit administrateur de notre direction générale, soit la responsable du marketing. J’étais une fois à une rencontre où le client m’a demandé de prendre les notes, car j’étais la seule femme présente. Il a rougi par la suite lorsque je lui ai donné ma carte de visite. Vous développez une faculté de résistance et maintenez un bon sens de l’humour. Cela dit, je n’ai pas peur de préparer du café pour mes collègues et la plupart du temps, lors des réunions, vous constaterez que les femmes prennent des minutes ou organisent la logistique parallèlement à leur travail quotidien. Les femmes sont vraiment douées pour l’attention portée aux détails et s’adaptent très bien aux environnements difficiles. Le développement des infrastructures électriques et, apparemment, de nos jours, les femmes ne vous demanderont pas si vous êtes avocat, travaillez pour une société donatrice ou faites du financement de projets – et je sais que je suis en train de généraliser.

Il est intéressant de noter que chez Symbion, les femmes ont de nombreuses possibilités d’évolution de carrière. Notre responsable pays à Madagascar est une femme et nous avons une dame dans notre salle de contrôle de la centrale de Mandroseza à Antananarivo. Au Kenya, notre équipe est composée à 50% de femmes, pour ne citer que quelques exemples. Je me souviens des jours où nous avons visité nos chantiers de construction dans des endroits éloignés et des gars surpris de ma visite sur des sites que les directeurs de la construction n’ont pas pris la peine de visiter. Mais les choses changent.

Vous venez d’ouvrir un nouveau bureau au Cap. Cela démontre-t-il plus d’engagement pour le continent ?

Absolument. Notre concentration sur l’Afrique nous a guidés vers choix évident d’avoir un bureau opérationnel sur le continent qui puisse se retrouver dans des fuseaux horaires similaires pour soutenir nos projets. Ces jours-ci, je peux prendre l’avion du Cap au Kenya, au Zimbabwe, au Rwanda, en Namibie, etc. Nous avons également des partenaires et des investisseurs qui ont estimé qu’il était nécessaire de se rapprocher de nos projets et de développer leurs activités.

L’Afrique regorge encore de nombreuses opportunités et j’espère que nous pourrons réaliser plus d’investissements, ce qui permettra l’accès à l’électricité aux populations. J’ai un message pour les gouvernements et les dirigeants des services publics en Afrique : vous devez protéger les investisseurs privés. À chaque changement de gouvernement, les investisseurs sont confrontés à des problèmes de renégociation de contrats, d’immobilisation des paiements et de méconnaissance du risque pris par les investisseurs privés et les promoteurs. Ces personnes sont vos ambassadeurs pour attirer les entreprises dans votre pays. Vous ne pouvez pas baisser les tarifs sans comprendre le risque que doivent supporter les investisseurs lorsqu’ils investissent dans vos pays.

À Madagascar, la communauté des bailleurs de fonds a exercé des pressions sur la présidence après les élections pour que de nouvelles réformes du secteur de l’électricité soient menées. Actuellement, le ministère chargé de ce secteur est sous pression pour renégocier les contrats et les accords d’achat de puissance signés pour 20 ans. Les paiements ont été bloqués en conséquence. Ce n’est pas propice aux projets d’investissement.

0 comments on “Afrique – Symbion Power : « Protégez les investisseurs privés », par Zelda Weitz.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :