ECONOMIE

Recrutement aux fonctions publiques à Madagascar : le Président impose le logiciel Augure

Beaucoup se sont rendus compte du temps relativement long pris par le gouvernement malgache actuel pour les nominations dans les hautes fonctions de l’Etat : secrétaires généraux, directeurs généraux, directeurs, … Outre les spéculations politiques, certains se sont même mis à avancer une certaine incapacité de quelques ministres à désigner leurs équipes opérationnelles. Le Président malgache Andry Rajoelina a mis fin à ces supputations de couloir, lors du dernier conseil des ministres, en imposant au gouvernement l’usage du logiciel Augure pour le recrutement des fonctionnaires et des agents de l’Etat.

Ainsi, le 17 avril dernier à Antananarivo, Andry Rajoelina a imposé l’usage du logiciel Augure pour le recrutement et le contrôle des fonctionnaires et des agents de l’Etat. L’Augure (Application uniforme de gestion unique des ressources humaines de l’Etat) est sensé réduire les 21 milliards d’ariary (5,25 millions d’euros) alloués annuellement par Madagascar aux 215.629 fonctionnaires malgaches, permanents ou agents ECD (employés à courte durée). Cette dépense représente en effet 28,6% du budget de l’Etat, sachant que le pays peine à chasser les fonctionnaires fantômes et à éliminer les passes-droits, héréditaires ou de clans, qui subsistent encore dans plusieurs institutions publiques de la Grande Île. Désormais, certains postes exigent un appel à candidatures, notamment pour les directeurs généraux de quelques institutions et d’organismes rattachés à l’Etat, très convoités pendant un changement de gouvernement.

Il faut noter que, depuis des décennies, moins d’un quart des fonctionnaires ont été embauchés à travers des concours, ce qui devrait garantir leur qualification réelle pour leurs postes. Les 75% restant ont été recrutés directement presque sans filtre valable, à part les « renvois d’ascenseur », les « promotions canapé » et le « système d’écolage » (une sorte de reversement « aux patrons » d’une partie des salaires ou des commissions diverses), malheureusement très pratiqués à Madagascar, et qui favorisent la corruption qui a miné énormément l’administration publique sur cette île de l’Océan Indien.

Il faut noter que Madagascar a déjà suspendu 10.000 fonctionnaires il y a un an dans le cadre d’une vaste réforme engagée par l’Etat, dont plus de la moitié des suspensions ont été opérées par erreur avec un précédent logiciel de gestion de ressources humaines.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s